C’est en 1902 que naissent aux États-Unis les courses de moto sur piste de terre battue, ou speedway (qui signifie anneau de vitesse), mais c’est toutefois en Europe qu’elles deviennent populaires et prennent leur essor. Aujourd’hui, la plupart des pays européens accueillent ce type de courses. Ce sport est notamment très populaire en Grande-Bretagne, en Pologne, dans les pays scandinaves et en Russie. Et force est de constater que les Courses en belgique ne sont pas les dernières à être suivies par les amateurs de speedway, même si le challenge Daytona qui se déroule outre-Atlantique fait partie des évènements les plus renommés.

La technique

Le speedway se pratique sur une piste en terre battue en forme ovale. La moto ne dispose ni d’amortisseur ni de frein et la course se déroulant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, la machine est aussi spécialement conçue pour tourner à gauche. Les virages en dérapage, typique de ce sport, implique également que le matériel soit adapté à la glisse. La machine est équipée d’un moteur quatre-temps qui fonctionne au méthanol.

Les premières compétitions

Il faut attendre 1920 pour que soient organisés les premières compétitions, en Grande-Bretagne.

Les premiers championnats du monde se déroulent en 1936 à Wembley. À l’époque, les concurrents s’affrontent en individuel. Ce n’est en effet qu’aux championnats du monde de 1960 que sont introduites les courses par équipe.

Les courses

Les courses sont composées de plusieurs manches qui font chacune quatre tours. Quatre pilotes s’affrontent. Les points sont additionnés et ce sont les quatre pilotes qui accumulent le plus de points qui se rencontrent pour la finale. En toute logique, c’est le pilote qui ressort avec le plus de points qui est déclaré vainqueur.

À noter qu’il existe une adaptation du speedway sur la glace appelée ice speedway ou speedway sur glace.